De l’émotion

Toute ma vie, j’ai entendu « tu es trop émotive », « il faut que tu prennes du recul, sinon tu vas souffrir », « ne prends pas les choses si à cœur ». Et ça fait mal. Ça fait toujours mal.

Je ne suis pas nécessairement une boule d’émotions. J’absorbe et je réexpédie. Bien sûr, les situations me touchent et je communique en mode émotionnel. Ça peut être impressionnant, mais ça ne veut pas nécessairement dire que je suis prostrée et incapable d’agir. Je vis ma vie et quand j’ai une occasion de « faire sortir » les situations qui m’ont affectée auprès d’une personne de confiance, je le fais, c’est tout. Je n’y pense pas 24h/24 entre le moment où la situation s’est produite et celui où je la verbalise. Elle ressort grâce à ce catalyseur qu’est la présence d’un(e) ami(e). Je n’ai pas l’impression que ça me handicape au quotidien, comme ceux qui me font ces remarques semblent le croire, j’ai l’impression qu’ils projettent sur moi une vision du type « ce que j’exprime = ce que je suis ». Mais j’entends tout de même ce qu’ils disent, et je me demande si je refuse de voir la vérité en face, ce qui me renvoie dans un monde d’introspection … auquel j’aimerais n’accéder que parce que je l’ai décidé, moi-même.

Je comprends que ceux qui me donnent ces conseils sont bien intentionnés. Ils veulent m’aider, ils veulent que je ne souffre pas, ou moins. Mais me dire de ne pas prendre les choses à cœur, c’est comme me demander de nier une part de moi-même. C’est mon identité. Est-ce que je leur demande d’arrêter d’être grands, blonds ou minces, moi ?

Non seulement je ne saurais même pas par où commencer, mais je n’ai pas envie de devenir cette personne détachée. J’aime être impliquée, j’aime écouter et soulager. Je ne vous ai pas dit que je me sentais mal et que je voulais changer, je vous ai juste dit que j’étais triste à cause d’une situation. Pourquoi ne pas simplement écouter et reconnaître que oui, c’est triste ? Rangez la cape de superman ou wonderwoman, je n’en ai pas besoin. Je veux juste partager un peu de cette émotion humaine avec vous.
Quand je partage ma joie, vous souriez, vous ne me dites pas d’arrêter d’être empathique et ravie parce qu’une de mes amies va avoir un bébé, qu’une autre va publier un livre ou qu’un collègue a trouvé sa voie. Vous cherchez ma compagnie et ma bonne humeur. Un peu de chaleur humaine.

Je vous fais ce cadeau de vous montrer l’autre côté, la face obscure, qui existe aussi mais à laquelle seuls quelques-uns ont accès. C’est une marque de confiance. De quel droit décidez-vous pour moi quelle émotion est acceptable ou non ? Ne serait-ce pas plutôt vous qui avez du mal à accepter l’ensemble ? La vie, simplement…

Si le MBTI est devenu si important pour moi, c’est parce que pour la première fois, « scientifiquement » et « officiellement », cette capacité à absorber les émotions était reconnue et légitimée. Je devenais « normale », INFJ, et non plus un être dysfonctionnel à transformer. J’ai encore bien du mal à vous le dire, parfois, alors je vous l’écris.
Laissez-moi être, et si je ne vous demande pas explicitement de conseils, ne m’en donnez pas. Soyez juste là. La joie de me savoir bien entourée est ce qui me rend forte.

Publicités
Cet article, publié dans thoughts / réflexions, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour De l’émotion

  1. Bonjour,
    Je viens de tomber par hasard sur ce site, après avoir fait un test révélant que je suis INFJ… Et quel soulagement de pouvoir mettre des mots sur ma façon de vivre et de fonctionner ! J’espère que ça ne vous dérange pas, je partage sur Facebook cet article précisément car il reflète à 100% ce que j’ai envie de dire à mon entourage en ce moment !

    • tyayana dit :

      😀 Partagez, partagez !!! Cela me fait très plaisir que vous vous soyez retrouvée dans ce post, car c’est sans doute le plus personnel de tout ce que j’ai publié ici… Merci pour ce commentaire et .. bon courage ! 😉

  2. Une inconnue dit :

    Bonjour,
    j’ai bien apprécie la façon que tu décrits tes émotions pour le type infj, j’ai crue pendant un certains temps que j’étais une Infj,( et parfois même je le pense encore…) mais certaines personnes m’ont contredis que je n’étais pas vraiment ce type ( alors qui ne me connaissent pas en réel) donc je ne suis pas une Infj mais tout comme toi, je suis une hypersensible, et beaucoup de gens dans mon entourage, me disent comme la phrase que tu as cité au début « tu es trop émotive » après je ne sais pas si que pour les infj qui sont ainsi, mais je ne le pense pas, je pense que tous les types Fi, sont assez sensibles au monde autour d’eux.
    Peut-être a bientôt. Merci d’avoir partager ton expérience.

    • tyayana dit :

      Bonjour,
      Merci pour ton commentaire. L’émotivité est certainement un trait de caractère commun à beaucoup d’INFJ, mais il ne nous est pas exclusif ! Tous les types peuvent être émotifs, simplement c’est plus ou moins mis en avant dans les descriptions (les INFP (Fi dom) sont aussi considérés comme assez émotifs, par exemple).
      Je suis fondamentalement convaincue que tu es la personne la plus à même de définir ton type. Ça ne veut pas dire qu’il ne faut pas prêter attention à d’autres opinions, mais en définitive, tu es la personne qui te connais le mieux ! Es-tu seulement sûre des connaissances de ces personnes qui t’ont « typée » en MBTI ? En plus, je pense qu’indépendamment de la définition de ton type « juste », t’identifier à un type qui correspond à tes interrogations du moment, t’aide à réfléchir sur toi-même et te permets d’avancer, c’est le principal… c’est un outil, le MBTI, pas un dogme…
      A ta place, je lirai beaucoup sur les différents types qui me paraissent possible pour moi, surtout les réflexions poussées (pas juste les posters sur internet et les posts glorifiant un type ! 😉 )… peu à peu, tu devrais te faire une idée de ce qui te correspond le mieux. Méfie-toi de ceux qui prétendent savoir tout mieux que toi, il s’agit souvent d’un processus de compensation plus ou moins conscient..
      Courage !

      • Une inconnue dit :

        Bonsoir,
        merci pour ta réponse,
        ça fait déjà deux ans que je cherche mon type, ( mais le soucis dans ce genre de test, c’est qui ne me ressemble pas à 100%, donc je doute pas mal par la suite) j’ai voulu discuter avec une de mes proches concernant le Mbti, ( pour savoir comment elle me percevez) mais ce n’était pas du tout le même opinion que les gens que j’ai connu sur internet, alors je suis perdue,, donc c’est compliqué, je cherche pourtant beaucoup, mais je ne trouve pas mes réponses, sinon tu veux dire quoi par des « réflexions poussées »?

        Je ne sais pas si c’est possible de discuter par émail de tout cela avec toi ( c’est un peu osé, désolé si c’est le cas), j’aimerais bien approfondir un peu tout cela, si cela ne te dérange pas bien sûr.

        Bonne journée….

      • tyayana dit :

        Le côté « je cherche mon type », c’est un peu difficile à appréhender pour moi car je me suis immédiatement reconnue dans la description des INFJ. Je l’ai questionnée au fil de mes lectures, bien sûr, mais elle n’a pas été ébranlée, finalement.
        Quand je parle de « réflexions poussées », je veux parler des articles qui analysent par exemple la manière dont les fonctions entrent en jeu. L’un des écueils du MTBI, c’est le tout descriptif, que ce soit dans les descriptions du type (« Les INFJ agissent comme ci, ou comme ça ») ou pour les gens qui cherchent à se typer (« dans telle situation, je fais X »). Par exemple, l’une des raisons pour laquelle il y a beaucoup de confusion INFP / INFJ c’est que de l’extérieur, notre comportement peut paraître globalement similaire. Mais les motivations derrière sont très différentes, de même que notre mode d’expression. C’est à ça qu’il faut faire attention.
        Moi, je veux bien aider, mais je ne peux pas (et je n’ai pas le temps de) faire le travail à ta place. Mon premier conseil, c’est de lire beaucoup et de noter clairement ce qui te paraît différent de toi. Si tu ne lis pas l’anglais, il est sûr que c’est plus compliqué… mais ce blog est fait pour ça et il y a pas mal d’info sur le forum français du MBTI : http://mbti.forumactif.fr/
        Ca permet aussi de lire des exemples de plusieurs types (sachant qu’il y a parfois des erreurs de typage et des gens qui changent de type tous les six mois…) pour se faire une idée.
        Je t’envoie mon email pour que tu puisses me contacter si tu as des questions précises.

  3. Lise dit :

    « Si le MBTI est devenu si important pour moi, c’est parce que pour la première fois, « scientifiquement » et « officiellement », cette capacité à absorber les émotions était reconnue et légitimée. Je devenais « normale », INFJ, et non plus un être dysfonctionnel à transformer »… Oh wow. C’est exactement ça. Merci !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s