Au-delà (Clint Eastwood, 2010)

J’ai souvent vu en ligne des listes de films « INFJ », j’ai d’ailleurs eu récemment une discussion à ce sujet ici. Je me reconnais dans certains, pas dans d’autres, et il y en a que je ne regarderai jamais je pense, tant ce que j’en lis ne me « parle » pas.
Je ne me souviens pas d’avoir vu « Au-delà »/ »Hereafter » dans ces listes, mais il vient d’arriver directement dans la mienne. A vrai dire, cela ne fait pas vingt minutes que j’ai entendu le générique de fin, et il fallait que je le partage avec vous. J’ai décidé d’acheter le dvd à la première occasion, et ça, ça n’arrive pas souvent non plus.
A l’époque de sa sortie, il m’avait intriguée et j’avais pensé aller le voir. Puis, comme très souvent, j’ai fait passer d’autres choses en priorité. J’ai pu l’emprunter récemment. J’ai renoncé à le voir hier, parce qu’il me semblait que je n’étais pas dans le bon état d’esprit. Aujourd’hui, c’était bien. C’est un film de dimanche. Un film de jour contemplatif après un après-midi de lecture dans un parc, un film à méditer.
(On ne parle pas assez de l’importance de l’état d’esprit quand on regarde un film. Il y a un temps pour tout et l’expérience n’est pas la même si l’on n’est pas « accordé ». En tout cas, c’est ce qui se passe pour moi, surtout avec les œuvres de qualité. Fin de la parenthèse)

« Au-delà », c’est un film risqué, surtout pour un public français ultra-critique/sceptique, parce que, comme son nom l’indique, c’est un film qui parle de la mort. Mais c’est un film d’Eastwood, qui a l’intelligence d’aborder la sujet du point de vue des (sur-)vivants. Il est simple et juste. Certains personnages s’interrogent, d’autres pas. Comme dans la vraie vie. C’est un film honnête, qui ne prétend pas détenir de réponse, mais qui pose les bonnes questions. LA bonne question, celle qui dérange (sic) : pourquoi n’y a-t-il pas de place pour ce sujet entre gens éduqués, hors de circonstances spécifiques ?
Parce qu’il traite de ce qu’il y a de plus humain en nous, des mystères que chaque être humain recèle, parce que ses personnages sont attachants (George !) et qu’il ne bascule jamais dans le misérabilisme, parce qu’il est simple et authentique, je pense qu’il résonnera chez d’autres INFJ. Et pas seulement, je l’espère…

Publicités
Cet article, publié dans Détente, Sur mon écran, Uncategorized, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Au-delà (Clint Eastwood, 2010)

  1. tyayana dit :

    J’ajouterai sur ce sujet que j’avais, il y a des années, beaucoup apprécié le livre « Les Thanatonautes » de Bernard Werber. Comme quoi, ce centre d’intérêt n’est pas nouveau… 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s