« Le goût des merveilles » d’Eric Besnard

Pendant longtemps, je n’ai pas aimé les films français contemporains. Je les classais en deux catégories : les mauvaises imitations de films américains et les histoires de coucheries. Je fais ça parfois, je décide à l’emporte-pièce. Ça doit être mon côté « J », qui me « joue » des tours… J’avais tort.
Il arrive qu’un film français soit sensible et délicat, à sa manière à lui. C’est le cas de ce « goût des merveilles ». Un film plein de lumière et de nature, de silences, de musiques, d’échanges qui n’ont pas besoin d’être explicités pour être compris.
Je ne sais pas si Elaine Aron (que je n’ai pas encore lue, mais dont je rapporte certaines idées ici ) a raison d’estimer que 20% de la population est hypersensible, mais je sais que tous ceux qui se reconnaissent dans la description des hypersensibles, dont je fais partie, devraient se retrouver dans ce film. Une attention aux détails, aux couleurs, aux textures, un certain sens de l’instant présent…
C’est un film-escapade, apaisant pour l’âme, rafraîchissant comme une limonade à l’ombre des arbres une chaude journée d’été…
Un film « vrai ».

Publicités
Cet article, publié dans Sur mon écran, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s