Une solution d’organisation pour les INFJ… et les autres : le BUJO !

Chères lectrices, chers lecteurs,

Avant les vacances, sur la page facebook du « Coin lecture des INFJ » (Si vous n’y êtes pas encore, c’est par ), je vous avais promis un petit point organisation… que voici ! Attention, ça va changer un peu de mes réflexions habituelles, puisque c’est très pratique, mais comme vous le savez, il faut honorer toutes nos fonctions cognitives, y compris notre fonction inférieure « Se » : « Sensing extraverti » qui concerne notre rapport à notre environnement immédiat.

J’ai lu récemment que, si l’on attend de chacun qu’il sache s’organiser, n’oublie pas ses rendez-vous et fasse son ménage régulièrement, eh bien… personne ne nous l’apprend vraiment ! (je crois que c’était Marie Kondo) « Range ta chambre » répètent nos parents… mais sans nous dire comment. L’organisation, c’est un peu pareil. Vous pouvez avoir la chance d’avoir eu une famille de pros du rangement dont vous avez inconsciemment intégré les méthodes, ou qu’une bonne fée spécialisée dans le domaine se soit penchée sur votre berceau, mais si ce n’est pas le cas, eh bien… vous n’avez plus qu’à faire ce que vous pouvez, tester des choses et espérer trouver un système qui marche pour vous.

Cela concerne tout le monde, mais pour les INFJ, ça me paraît particulièrement critique pour deux raisons : d’abord parce que nous avons un besoin important de savoir où nous allons, prévoir, etc., c’est le « J » de l’INFJ, ensuite parce que nous avons cette inférieure Se, qui fait que nous souhaitons vivre dans un environnement extérieur agréable sans forcément savoir par où commencer.

Il se trouve que je teste depuis mars un outil qui me paraît très bien répondre à nos besoins, dont je voulais donc vous parler, j’ai nommé : le « BULLET JOURNAL », abrégé en « BUJO » pour les intimes ! Je vois d’ici la moitié de mes lecteurs se demandant de quoi je peux bien être en train de parler… et l’autre se disant « ah, elle est tombée dans la secte » 😉
Le bujo, c’est un outil d’organisation qui fait fureur dans la blogosphère – surtout féminine, mais pas exclusivement. En résumé, c’est un carnet que l’on fait soi-même en fonction de ses besoins, qui permet de tout noter de façon très efficace, avec un index pour retrouver ses pages, des plannings pour le futur à 6 mois, pour le mois, la semaine, voir le jour en cours et des « collections » pour noter des informations thématiques sur un sujet (les séries que vous regardez et où vous en êtes, celles que vous voulez voir plus tard, l’organisation d’un voyage, etc.). Dans la mesure où les articles foisonnent sur les détails du fonctionnement, je ne vais pas m’y étendre ici, je vais juste vous mettre en lien la vidéo d’explication de l’inventeur de la méthode, Ryder Caroll, qui est très claire, ainsi que celle de Solange te parle (Spéciale dédicace pour les INFP qui me lisent) et vous pourrez chercher d’autres infos vous-même.
Ce que je veux faire, en revanche, c’est vous expliquer les avantages que j’y ai trouvé en tant qu’INFJ et en quoi ça peut nous aider. En général, je ne suis pas trop fan du « dernier truc à la mode », je m’en fous un peu (voire beaucoup). La première amie qui m’a parlé du bujo, je lui ai dit que j’aimais bien l’idée d’avoir un carnet – parce que j’adore papier, crayons et papeterie en général – mais que le concept de recopier cinq fois la même tâche parce que je n’avais pas eu le temps de la faire, sous prétexte qu’au bout d’un moment j’en aurais marre de recopier et donc je la ferai, ça me paraissait une perte de temps. Et je dois d’ailleurs dire que je recopie au minimum et que ça ne m’empêche pas de recopier quelques trucs depuis mars (eh, j’ai dit que c’était un outil d’organisation, pas la panacée universelle, hein ! ça ne va pas vous transformer radicalement, mais petit à petit, oui, j’y crois). Et puis il y a eu une deuxième amie avec des arguments un peu différents, elle m’a notamment parlé des « trackers » qui permettent de suivre une habitude, si mes souvenirs sont bons, et là, je suis devenue un peu plus curieuse. Je suis rentrée, j’ai fait quelques recherches en ligne et quelques heures plus tard j’ai attrapé un vieux carnet entamé dont il restait quelques pages vierges pour tester. Un deuxième vieux carnet fini plus tard, je viens de commencer mon 3ème Bujo dans un très beau carnet tout neuf que j’ai acheté exprès et contemplé avec amour en attendant de pouvoir l’entamer 😉

Alors, pourquoi c’est si bien ? D’abord, toutes les infos sont au même endroit, plus de post-it qui traînent : ça change la vie. Ensuite, c’est « customisable » exactement comme vous voulez, pour s’adapter à vos besoins. Je ne vais pas vous mentir, ça peut prendre un peu de temps de trouver la forme qui vous correspond, mais l’avantage c’est que vous pouvez changer de modèle d’une semaine ou d’un mois à l’autre jusqu’à trouver le vôtre. Enfin, comme vous le verrez très vite sur la blogosphère ou Pinterest, il y a une dimension créative qui peut s’exprimer. Évidemment, ça dépend du temps dont on dispose, moi je n’en ai pas forcément beaucoup, alors c’est surtout le fait d’utiliser des stylos avec des jolies couleurs, des surligneurs pastels, des stickers, des tampons et des scotchs décorés (washi tape ou masking tape) qui fait l’essentiel de ma déco pour l’instant, même si j’ai dessiné une jolie page de couverture à partir d’un manga. Ceci dit, quand je trouve un joli motif dans un livre ou un manga, ou bien un caractère japonais intéressant ou je ne sais quoi que j’ai envie de reproduire dans ma page du jour : hop ! ça fait une déco rapide et sympa. Et je sais que le jour où j’aurai plus de temps, ou simplement l’envie de dessiner, je pourrai me faire plaisir.

Le plus bel outil du bujo, pour moi, c’est ce qu’on appelle les trackers. C’est une sorte de tableau dans lequel vous pouvez suivre les habitudes que vous souhaitez mettre en place régulièrement. En tant qu’INFJ hypersensible, par exemple, je sais que j’ai besoin de moments de calme et de tranquillité pour me « poser », sinon au bout d’un moment je craque, je me sens paniquée par l’excès de stimulations extérieures et ça se termine par une énorme crise de larmes libératrices jusqu’au cycle suivant. Évidemment, je préfère éviter d’en arriver là : c’est épuisant, voire très gênant vis-à-vis de mon entourage car comme ce sont les stimulations extérieures qui me stressent, concrètement, cela veut dire que ce sont les invitations ou les moments avec des personnes que j’aime ou que j’apprécie qui fonctionnent comme déclencheurs de la crise. Allez expliquer à quelqu’un que vous l’appréciez vraiment, si, si, quand vous venez de pleurer pendant trois quart d’heure parce que vous n’avez pas envie d’aller chez lui ou de partager une activité… croyez-moi, c’est difficile (j’en profite pour remercier les amis qui me lisent de leur patience…).

Donc, dans mon tracker pour ce mois de septembre, il y a des petites cases à cocher chaque jour pour indiquer si j’ai : fait une petite méditation, si je me suis couchée avant minuit (manque de sommeil > déclencheur), si j’ai lu ou fait du coloriage plus de 30 min, si j’ai fait du sport, si je suis allée dans un parc ou dans la nature. Si les cases ne sont pas assez remplies, ce n’est pas bon signe sur le long terme, ça veut dire qu’il faut que je fasse un effort de ce côté là, ou en tout cas que je me surveille particulièrement : ce n’est pas le moment d’accepter une invitation de dernière minute ou autre…
Il y a aussi des cases pour indiquer les jours où je suis sortie ou bien ceux où j’ai fait une crise de stress (à long terme, ça me permettra de vérifier la corrélation avec le fait de prendre soin de moi, ce qui devrait être motivant 😉 ).
Ensuite, j’ai ajouté quelques cases pour mes projets persos : est-ce que j’ai avancé sur ce projet aujourd’hui (j’indique le temps que j’y ai consacré si je n’ai pas atteint mon objectif d’heures), est ce que j’ai réussi à ne pas manger trop de chocolat, … 😉
C’est une page que j’adore remplir !

Bien sûr, la base du bujo ce sont les pages quotidiennes dans lesquelles on indique les tâches à faire que l’on coche au fur et à mesure. Pour moi, ça fonctionne vraiment bien, même si comme je l’indiquais plus haut, j’ai encore des petits ratés 😉 ! J’adore le sentiment du devoir accompli quand je coche une petite croix et j’essaie désormais de faire au moins une tâche chaque jour. Si je suis fatiguée, ça peut être une petite tâche comme plier des vêtements ou lancer une lessive, mais je me suis rendue compte que le simple fait d’en faire une par jour me permettait d’alléger un peu mes week-ends et me rendait la vie plus agréable (non non, ce n’était pas si évident pour moi au départ…).

Ensuite, dans les pages quotidiennes, on peut écrire ce qu’on veut, alors moi, j’aime bien indiquer les événements marquants de la journée et surtout ce pour quoi je suis reconnaissante, selon le concept du « journal de gratitude ». Si je n’ai rien à dire, ce n’est pas grave, je ne note rien ce jour là, mais si j’ai passé une super soirée avec des amis, je le note, ou si j’ai eu un joli moment pour moi… je trouve intéressant d’envisager sa journée sous l’angle « qu’est ce qui c’est bien passé aujourd’hui ? », vu que les aspects négatifs, eux, sont toujours les premiers qu’on voit ! Ce qui n’empêche pas de les noter pour pouvoir passer à autre chose et les mettre à distance.

Et puis il y a les pages « collections » que je mets à la fin parce que je trouve ça plus pratique pour m’y retrouver, où je mets plein de choses et qui me paraissent assez révélatrices de ma vie 🙂 Il y a des suivis de séries, livres à lire (+ avis sur ceux-ci une fois lu et temps passé à le faire), films, expos, lieux à voir… dès que je trouve une référence intéressante, je l’y reporte. Un suivi des invitations (!) : qui, quand, est-ce que j’ai dit oui ou non et pourquoi… parce que j’ai du mal à gérer ma vie sociale et à préserver du temps pour moi, pour savoir si vraiment, cela fait trop longtemps que je n’ai pas vu quelqu’un. Il y a aussi des idées de cadeaux pour les amis ou la famille…

Enfin, des pages que je commence à ajouter et qui me paraissent très importantes : mes objectifs et réalisations. J’ai une mauvaise image de moi-même comme d’une paresseuse (en bonne introvertie qui veut rester chez elle) qui ne fait rien. De plus, j’ai tendance à compartimenter les aspects de ma vie, et à oublier un projet aussitôt terminé pour passer au suivant. Par exemple, si je pense à mes réalisations, je risque d’oublier ce blog, parce que je m’en occupe de façon très épisodique, alors que quand vous me dites qu’il vous aide, cela me rend très fière et qu’il me demande quand même du temps et de l’énergie ! Consulter ces pages me permet de constater qu’en réalité, même si parfois je prends du temps parce que c’est mon rythme, je me fixe des objectifs et je les suis. D’un coup d’œil, je peux voir qu’au printemps j’ai réalisé trois gros objectifs professionnels. Alors oui, forcément, il y a d’autres choses que je n’ai pas faites parce que les journées ne font que 24h…
Ça me rassure et me montre que j’avance, ce qui me paraît l’essentiel : je ne suis pas forcément pressée et j’estime très important, comme je le disais, d’aller à mon rythme et de ne pas me forcer (j’ai quand même fait un burn-out il n’y a pas si longtemps), mais en bonne INFJ, j’ai un projet pour toute la vie d’amélioration de moi-même/réalisation que j’éprouve le besoin de mener.

Comme ces pages me faisaient beaucoup de bien, j’ai aussi instauré des pages « point du mois » pour noter en quelques lignes les grands traits du mois qui vient de se dérouler, le positif et le négatif. C’est pareil, ça me permet de voir un peu où j’en suis. Ce qui m’amène à un autre intérêt du bujo, à long terme, qui est de pouvoir le feuilleter, revenir un peu sur ce qui c’est passé et faire le point. Cela permet de prendre conscience des grandes lignes qui constituent notre vie et de vérifier si nous plaçons nos priorités quotidiennes au bon endroit par rapport à nos valeurs et à nos envies : on a tendance à oublier qu’une vie, c’est souvent plus une succession de petits choix que de gros !

Voilà pour aujourd’hui, j’ai été très bavarde, mais ce sujet me tenait à cœur. N’hésitez pas à me dire en commentaire si vous aussi vous avez un bujo, si ça vous tente, si vous avez trouvé un autre outil qui marche bien pour vous…

Publicités
Cet article, publié dans Articles de fond, thoughts / réflexions, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s